Printed From:

Insuffisance Rénale Chronique


 

 

Qu'est-ce que l’Insuffisance Rénale Chronique ? (1)

Les reins ont pour rôle de filtrer le sang pour éliminer les déchets de l’organisme, maintenir l’eau à un niveau constant dans le corps et équilibrer les taux de sels minéraux (potassium, phosphore, sodium) nécessaires à l’organisme. Ils peuvent également réguler la pression artérielle et la fixation du calcium. Leur destruction progressive induit l’Insuffisance Rénale Chronique (IRC).

Cette maladie évolue silencieusement et peut être découverte au bout de plusieurs années.

En France, plus de 82 000 personnes sont traitées pour Insuffisance Rénale Chronique terminale. Le nombre de nouveaux cas augmente chaque année et concerne en premier lieu les personnes âgées de plus de 75 ans et les diabétiques. 5 à 10% de la population française souffriraient d’une maladie rénale pouvant conduire à une insuffisance rénale.

Les causes et facteurs de risque de la maladie rénale chronique

 

icone-hypertension-arterielle
icone-diabete-insuline
icone-obesité
icone-obesité
icone-cigarette-tabac
icone-maladies-cardio-vasculaires

 

 

L’Insuffisance Rénale Chronique est toujours la conséquence d’une maladie qui détériore progressivement le fonctionnement des reins. En France, les deux causes principales de l’Insuffisance Rénale Chronique sont le diabète de type 1 et de type 2 et l’hypertension artérielle.

Ces deux maladies endommagent les petits vaisseaux sanguins qui amènent le sang vers les cellules du rein chargées de l’élimination de l’eau et des déchets du métabolisme. Privées d’oxygène, ces cellules meurent et leur nombre diminue progressivement, ce qui réduit la capacité de filtration globale des reins.

D'autres facteurs sont également en cause :

  • Les atteintes des glomérules rénaux isolées ou associées à une maladie inflammatoire d'origine auto-immune (lupus polyarthrite rhumatoïde, maladie de Crohn, maladie de Berger, purpura rhumatoïde,...), les maladies génétiques (polykystose rénale), les pyélonéphrites à répétition , une anomalie ou un obstacle chronique sur les voies urinaires (calculs, malformation...)
  • Les maladies cardiovasculaires et les facteurs de risque associés (obésité, tabac, ...), les antécédents familiaux d’insuffisance rénale chronique
  • Certaines intoxications médicamenteuses au long cours (anti-inflammatoires en particulier, phytothérapie, herbes chinoises, chimiothérapie, certains antibiotiques, certains médicaments contre l’hypertension artérielle ainsi que le lithium...)

 

Le diagnostic et les symptômes de la maladie rénale chronique (2)

Le diagnostic précis est fait à partir du dosage de la créatinine dans le sang, complété par les résultats de l'analyse des urines. Le dysfonctionnement du rein est évalué en mesurant la quantité de plasma sanguin filtrée par minute par les reins. Cette analyse est appelée le débit de filtration glomérulaire (DFG).

L’insuffisance rénale est une maladie longtemps silencieuse. Il n'est donc pas rare qu'une maladie rénale soit découverte par hasard, lors d'un bilan sanguin réalisé pour une autre raison.

En revanche, si la personne présente un ou plusieurs facteurs de risque, la maladie rénale chronique peut être détectée précocement lors d'une surveillance régulière. Ainsi la prise en charge précoce de l'insuffisance rénale permet d'en retarder l'évolution.

En l’absence de diagnostic précoce, des symptômes cliniques peu spécifiques peuvent apparaître tels que :

  • Une grande fatigue
  • Une pâleur
  • Des troubles digestifs (perte d'appétit, nausées, vomissements)
  • Un amaigrissement
  • Des crampes musculaires, une impatience dans les jambes, surtout la nuit
  • Des démangeaisons intenses
  • Des œdèmes
  • Des troubles du sommeil